Anomalies utérines congénitales

Accueil / Anomalies utérines congénitales

Les anomalies utérines congénitales sont des malformations de l'utérus qui surviennent au cours de la vie embryonnaire. Ces anomalies utérines ne surviennent que chez environ 5 % des femmes, mais ont été indiquées chez jusqu'à 25 % des femmes victimes de fausses couches ou d'accouchements prématurés. Une anomalie utérine congénitale survient lorsque l'utérus d'une femme se développe différemment de la plupart des femmes. Normalement,… en savoir plus

Meilleurs médecins pour le traitement des anomalies utérines congénitales

Meilleurs hôpitaux pour le traitement des anomalies utérines congénitales

Anomalies utérines congénitales

Les anomalies utérines congénitales sont des malformations de l'utérus qui surviennent au cours de la vie embryonnaire. Ces anomalies utérines ne surviennent que chez environ 5 % des femmes, mais ont été indiquées chez jusqu'à 25 % des femmes victimes de fausses couches ou d'accouchements prématurés. Une anomalie utérine congénitale survient lorsque l'utérus d'une femme se développe différemment de la plupart des femmes. 

Normalement, lorsqu’une femme est dans l’utérus, son utérus se développe en deux moitiés distinctes qui fusionnent avant la naissance. La plupart des femmes découvrent que leur utérus est différent lorsqu'elles passent une échographie après une fausse couche, des saignements ou des problèmes d'infertilité. L’effet de ces anomalies sur les grossesses n’est pas clair, mais les femmes qui ont découvert les différences affirment que cela les aide à mieux se préparer à la grossesse. Ces anomalies ne peuvent pas entraver la grossesse, mais elles peuvent réduire considérablement la capacité de mener une grossesse à terme.

Quels sont les types d’anomalies utérines congénitales ?

Types d'anomalies utérines congénitales
Courtoisie d'image : Wikipédia

Les anomalies de l'utérus peuvent inclure :

Utérus séparé 

L'utérus dans ce cas apparaît tout à fait normal de l'extérieur, mais un septum interne le divise en deux parties distinctes. Ce septum est de tailles et d'épaisseurs variables et sépare l'utérus en deux cavités endométriales. Il s’agit de l’anomalie la plus diagnostiquée, représentant environ 45 % des cas. Les femmes atteintes de cette maladie sont susceptibles d’avoir des problèmes de conception. Les naissances prématurées et les fausses couches précoces sont également plus probables. Il peut également leur être conseillé de subir une césarienne car la position du fœtus est également affectée.

Utérus bicorne 

Dans cette condition, l’utérus présente une indentation externe ou un sillon marquant sa division interne en différentes cavités endométriales. Les deux moitiés de l’utérus semblent presque complètement séparées, à l’exception de la partie inférieure. Cela représente environ 25 % de tous les cas d’anomalies congénitales. Les femmes atteintes de cette maladie n'ont pas de difficultés supplémentaires en matière de conception ou de premiers stades de grossesse, mais il existe un risque légèrement plus élevé de fausse couche et d'accouchement prématuré. Cela peut également affecter la position du bébé plus tard au cours de la grossesse, de sorte qu'une césarienne peut être pratiquée.

Utérus arqué 

L'utérus semble normal ici, mais la surface interne de la cavité endométriale unique présente un sillon peu profond d'environ 1 cm ou moins, avec un léger pendage au sommet. Cette condition n’entraîne pas de risque accru de fausses couches précoces ou d’accouchement prématuré, mais elle peut augmenter le risque de fausse couche tardive.

Utérus licorne 

Dans cette condition, seule la moitié de l’utérus se développe à partir d’un seul canal mullérien. Cette condition est rare, elle indique généralement que l’utérus fait la moitié de la taille d’un utérus normal. Dans cette condition, il existe un risque accru de grossesse extra-utérine, une fausse couche tardive ou un accouchement prématuré. Cette condition est également plus fréquente dans les cas d’infertilité.

Utérus didelphys 

Ici, les deux moitiés de l’utérus se développent complètement séparément, chaque côté ayant sa cavité. Elle peut affecter l'utérus, le col de l'utérus et parfois la vessie, le vagin, la vulve et l'urètre. Les femmes atteintes de cette maladie n’ont pas de difficultés de conception, avec seulement un risque légèrement accru d’accouchement prématuré.

Agénésie utérine 

C’est là que l’utérus ne se développe pas du tout. Cela survient dans environ 10 % de tous les cas d'anomalies utérines.

Quelle est la cause de la maladie ?

La plupart de ces anomalies ont des raisons inconnues. Dans plus de 90 % des cas, la configuration chromosomique est normale. De plus, aucun facteur de risque ni mesure préventive n’a été établi.

Comment cette condition est-elle diagnostiquée?

Comme indiqué précédemment, la plupart des femmes ne savent pas qu’elles peuvent présenter une anomalie jusqu’à ce qu’elles tombent enceintes ou souffrent d’infertilité. C’est parce que la maladie ne présente aucun symptôme physique. Ils sont généralement découverts après une échographie suite à une fausse couche ou lors de la recherche de la cause de l'infertilité. Cela peut même être découvert lors d’enquêtes sur des problèmes gynécologiques comme des saignements anormaux. À ce stade, ils voudront peut-être envisager une maternité de substitution avec une mère porteuse qui peut mener la grossesse à terme.

Anomalies utérines congénitales – diagnostic
Courtoisie d'image : Lecteur de diapositives

Bien que les examens de routine révèlent généralement un utérus didelphique ou unicorne, ils ne révèlent généralement pas les formes plus bénignes d'anomalies utérines. D’autres investigations peuvent inclure les éléments suivants :

  • Hystéroscopie – Cette procédure consiste à placer une petite caméra à travers le col de l’utérus dans la cavité utérine. Le liquide est ensuite évacué dans l’utérus pour permettre la visualisation de toute la cavité. Cette procédure permet de visualiser toute anomalie comme Fibromes et les polypes, ainsi que la forme de l'utérus. Quelques risques sont associés à l’hystéroscopie : saignements, infections, lésions cervicales et perforation de l’utérus. Ces risques sont cependant rares. Après l’intervention, il est normal de ressentir des crampes et de légers spottings pendant quelques jours.
  • Laparoscopie – Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui permet à un chirurgien d’accéder à l’intérieur de l’utérus. Une caméra est insérée à travers la paroi abdominale pour visualiser l'utérus, les trompes de Fallope et les ovaires.
  • Échographie pelvienne – C’est ici que les ondes ultrasonores sont utilisées pour visualiser l’utérus. Une échographie transvaginale est préférable car les ondes sont plus proches de l'utérus et des ovaires. Cela se fait en insérant la sonde dans le vagin afin de visualiser l'utérus et les ovaires. Même si la procédure peut être inconfortable, elle est très brève.

Quelles sont les options de traitement des anomalies utérines congénitales ?

Anomalies utérines congénitales – traitement
Courtoisie d'image : ResearchGate

Cela dépend du type d’anomalie présente. Bien que les interventions chirurgicales puissent sembler idéales, elles peuvent entraîner une éventuelle infertilité et des problèmes pendant la grossesse. Un gynécologue consultera généralement la patiente et discutera des options qui s'offrent à elle si l'anomalie a été découverte avant une grossesse. Un traitement médical à l’étranger, où les hôpitaux sont mieux équipés, permettra de diagnostiquer rapidement ces affections. L'aide d'un agence de voyages médicaux de confiance ou agence meditour peut être recherché pour trouver de bons hôpitaux pour Tourisme médical.

 Si le diagnostic est posé pendant la grossesse, la patiente est placée sous la garde d'une équipe d'obstétrique. Ils bénéficieront de soins supplémentaires, d’examens et de visites à l’hôpital supplémentaires pour prendre soin du bébé tout au long de la grossesse. L’équipe soignante consultera également la patiente si son bébé se retrouve dans une mauvaise position au cours de la grossesse ultérieure. Ils recommanderont une césarienne mais l’option appartient au patient. Les cloisons utérines sont généralement réparées afin d'améliorer les chances de grossesse, mais d'autres cas sont généralement laissés tels quels. En cas d'obstruction du tractus génital féminin, la réparation chirurgicale peut entraîner une infertilité permanente. 

Dans les cas où ces anomalies sont diagnostiquées avant la grossesse, maternité de substitution peut être utilisé. le l'embryon peut être récolté de la mère, et une mère porteuse peut être utilisée pour mener la grossesse à terme.