Traitement de la névralgie du trijumeau

Accueil / Traitement de la névralgie du trijumeau

La névralgie du trijumeau, également appelée tic douloureaux, est une affection caractérisée par des douleurs faciales intenses. Cette douleur chronique affecte le nerf trijumeau, qui transporte les sensations du visage au cerveau. La maladie peut perturber les activités normales d’un individu comme sourire, parler, mâcher, se brosser les dents ou même… en savoir plus

Meilleurs médecins pour les traitements de traitement de la névralgie du trijumeau

Meilleurs hôpitaux pour les traitements de la névralgie du trijumeau

Traitement de la névralgie du trijumeau

La névralgie du trijumeau, également appelée tic douloureaux, est une affection caractérisée par des douleurs faciales intenses. Cette douleur chronique affecte le nerf trijumeau, qui transporte les sensations du visage au cerveau. Cette maladie peut perturber les activités normales d'un individu, comme sourire, parler, mâcher, se brosser les dents ou même se raser les poils du visage. Chacune de ces activités peut déclencher de brèves crises de douleur intense. Ces épisodes douloureux, bien que brefs, peuvent réapparaître sporadiquement. L’individu peut également ressentir une douleur constante mais moins intense. 

En outre, la maladie peut également évoluer vers des épisodes de douleur intense plus longs et plus fréquents. La pathologie est généralement unilatérale, mais lorsqu’elle est bilatérale, les deux côtés sont touchés, mais pas en même temps. La névralgie bilatérale du trijumeau est également assez rare. Le côté droit du visage est généralement plus touché que le gauche, et les femmes sont plus susceptibles d’être touchées que les hommes. Cette maladie est également plus susceptible de survenir chez les personnes âgées de plus de 50 ans.

La névralgie du trijumeau
Courtoisie d'image : Shutterstock.com

Quels sont les types de névralgie du trijumeau ?

Il existe deux formes principales de névralgie du trijumeau :

  • Névralgie du trijumeau de type 1 ou typique – La personne concernée peut ressentir des épisodes douloureux, intenses et sporadiques. L'individu peut ressentir de la douleur et une sensation de brûlure dans certains cas. Ces sensations peuvent durer de quelques secondes à quelques minutes. Bien qu'il puisse également y avoir des pauses sans douleur entre les épisodes, ils peuvent durer jusqu'à deux heures.
  • Névralgie du trijumeau de type 2 ou atypique – Ceci est généralement moins douloureux et intense, mais sa propagation est plus large. Il existe généralement une douleur constante, qui peut prendre la forme d’une sensation de coup de couteau ou de brûlure et de douleurs persistantes. Il peut être plus difficile de contrôler les symptômes de ce type de névralgie du trijumeau.

Quelle est la cause de la névralgie du trijumeau ?

La fonction du nerf trijumeau est perturbée dans cette condition. La cause est généralement le contact entre le nerf trijumeau et un vaisseau sanguin normal, une artère ou une veine. Ce contact exerce une pression sur le nerf et provoque une perturbation ou un dysfonctionnement. Bien qu’il s’agisse de l’une des causes les plus courantes, il existe également d’autres causes de cette maladie. La névralgie du trijumeau peut être causée par une tumeur comprimant le nerf trijumeau, la sclérose en plaques ou toute autre affection similaire pouvant endommager la gaine de myéline. La condition peut également être provoquée par une lésion cérébrale ou plusieurs anomalies. Dans d'autres cas, des dommages chirurgicaux, un traumatisme au visage ou même accident vasculaire cérébral peut être la cause d'une névralgie du trijumeau.

Quels sont les symptômes observés dans la névralgie du trijumeau ?

Dans la névralgie du trijumeau, un ou plusieurs des symptômes suivants peuvent être observés :

  • Crises de douleur pouvant durer de quelques secondes à plusieurs minutes
  • Crises spontanées de douleur déclenchées par des activités comme parler, mâcher et se brosser les dents
  • Épisodes de douleur lancinante ou lancinante intense
  • Douleur qui survient avec des spasmes faciaux
  • Douleur affectant un côté du visage
  • Douleur concentrée sur un endroit ou se propageant selon un schéma plus large
  • Douleur dans les zones alimentées par les nerfs trijumeaux comme la mâchoire, les dents, les gencives, les lèvres, les yeux et le front, mais moins souvent.

Comment la condition est-elle diagnostiquée?

Le médecin se renseignera sur les antécédents médicaux du patient et les symptômes ressentis, il procédera également à un examen physique de la tête et du cou. Le diagnostic serait basé sur le type de douleur ressentie, les actions qui la déclenchent et le ou les endroits exacts où la douleur est ressentie. Un examen neurologique consiste à examiner les nerfs du cerveau et le fonctionnement du système moteur. Les réflexes et la tolérance à la douleur du patient sont également évalués. D'autres conditions pouvant provoquer des douleurs faciales devront également être exclues, telles que sinusite, migraines ou céphalées en grappe, troubles de l'ATM et névralgie post-herpétique. Il faudrait également exclure les tumeurs cérébrales en utilisant IRM qui montrent s'il y a un vaisseau sanguin appuyant sur le nerf.

Comment la condition est-elle traitée?

Traitement de la névralgie du trijumeau
Courtoisie d'image : Soins du cerveau et de la colonne vertébrale à Boston

Les symptômes observés dans cette maladie peuvent être traités par une combinaison de médicaments, de chirurgie et d'autres thérapies complémentaires.

Médicament 

Certains des médicaments prescrits pour cette maladie comprennent :

  • Anticonvulsivants – le médicament de premier choix est la carbamazépine, cela aide à traiter la douleur due à la névralgie du trijumeau. Certains autres médicaments sont la phénytoïne, la gabapentine, le valproate de sodium, etc. La dose peut être augmentée si le patient se plaint de leur manque d'efficacité.
  • Les antidépresseurs tricycliques – les plus courantes sont l’amitriptyline ou la nortriptyline et sont généralement utilisées pour traiter les symptômes de la névralgie du trijumeau de type 2.
  • Myorelaxants – le baclofène peut être administré en association avec la phénytoïne et la carbamazépine
  • Autres médicaments – D’autres médicaments comme les blocs nerveux sont parfois utilisés pour apporter un soulagement temporaire. Pour bloquer les nerfs sensoriels, une injection de toxine botulique peut être utilisée.

Si un patient ne répond pas aux médicaments et que son état s’aggrave, il peut être candidat à une intervention chirurgicale. Il existe plusieurs options d'intervention chirurgicale. Le médecin en recommandera un en fonction des caractéristiques du patient et de ses symptômes tels que son âge, sa santé physique, la gravité de la douleur ressentie, les interventions chirurgicales antérieures effectuées et les risques et avantages qui en seront obtenus. De plus, l’intervention chirurgicale est plus difficile chez les patients atteints de névralgie du trijumeau de type 2. Certaines des interventions percutanées comprennent :

  • Compression de ballon – Le principe de cette technique est la compression du nerf et la lésion des fibres douloureuses à l’aide d’un petit cathéter muni d’un petit ballon. On sait que la procédure soulage les symptômes pendant un ou deux ans, même si elle peut provoquer un engourdissement du visage.
  • Rhizotomie par injection de glycérol – Le chirurgien injecte du glycérol dans la racine du nerf trijumeau, ce qui provoque des lésions nerveuses sélectives et inhibe la capacité du corps à transmettre les signaux de douleur au cerveau. Cette procédure peut supprimer la douleur pendant deux ans, même si elle peut être réalisée plusieurs fois. La procédure peut également provoquer un engourdissement du visage et des picotements.
  • Lésion thermique par radiofréquence – Le principe est la destruction de certaines fibres nerveuses par la chaleur. La procédure peut provoquer un engourdissement du visage et les symptômes peuvent réapparaître après trois ou quatre ans.

Décompression microvasculaire 

Il s’agit d’une intervention chirurgicale plus invasive, mais c’est généralement la plus efficace de toutes les interventions chirurgicales. Cela peut généralement apporter un soulagement jusqu’à 10 ans. La procédure vise à fournir des solutions durables permettant au nerf trijumeau de récupérer et de revenir à un état plus normal et sans douleur. La procédure est plus invasive et n’est recommandée que pour les patients plus jeunes et en bonne santé.

Radiochirurgie stéréotaxique 

Cette procédure utilise diverses techniques pour délivrer une quantité hautement concentrée de rayonnement à la racine du nerf trijumeau, là où elle rencontre le tronc cérébral. Une lésion se forme généralement qui empêche alors la transmission des signaux de douleur au cerveau. Cependant, le patient peut ressentir un engourdissement au visage en raison de la procédure. Les symptômes disparaissent généralement au bout de trois ans environ, mais les résultats peuvent mettre quelques semaines à se manifester.

Autres thérapies complémentaires

D’autres approches qui peuvent être essayées en complément d’un traitement médicamenteux comprennent :

  • Yoga
  • Méditation
  • Aromathérapie
  • Méditation
  • Acupuncture
  • Chiropractic
  • Exercises
  • Thérapie de vitamine
  • Thérapie nutritionnelle

Dans certains cas, il peut être nécessaire de recourir à un traitement médical à l’étranger. En effet, certaines de ces thérapies ne sont pas disponibles localement. L'option est généralement proposée par agences de tourisme médical ou agences meditour. Cela peut également être considéré comme du tourisme de santé ou du tourisme médical en raison du type de forfaits proposés.